Indications et contre-indications avec les huiles essentielles

Huiles essentielles 100% Pures et Naturelles

Engagé dans le respect de la Terre et de l'Homme, le laboratoire Pranarôm collabore main dans la main avec ses agriculteurs et ses distillateurs pour vous proposer des huiles essentielles 100% naturelles, 100% pures et 100% intégrales.

Y'a-t-il des contre-indications aux huiles essentielles ?    

Précautions à prendre avec les huiles essentielles de Pranarôm                                                                   

Les huiles essentielles sont à manipuler avec prudence. Ces extraits végétaux sont les plus puissants du règne végétal. Nous vous invitons à prendre connaissance des précautions d'usage recensées par le laboratoire Pranarôm pour les utiliser à bon escient :

  • Éviter le contact des yeux. En cas de projection accidentelle avec les yeux, rincer abondamment l’œil sous un jet faible d’eau courante pour expulser le corps étranger puis passer un coton d’huile végétale pour adoucir.

  • Ne jamais mettre des huiles essentielles pures dans le nez, dans les oreilles ou sur les muqueuses ano-génitales.

  • Éviter l’utilisation des huiles essentielles pendant les trois premiers mois de la grossesse. L’utilisation d’huiles essentielles pendant la grossesse et pour la femme allaitant requiert l’avis d’un aromathérapeute avisé (voir paragraphe spécifique ci-dessous)

  • Après un massage ou une application cutanée, il convient de se laver les mains.

  • Ne jamais injecter d'huiles essentielles par voie intraveineuse ou intramusculaire.

  • Utilisez des huiles essentielles de haute qualité (100% pures et naturelles)

  • Ne pas laisser les flacons à la portée des enfants.

  • Respectez le nombre de gouttes recommandé, la fréquence d’application ou de prise, ainsi que la durée d’utilisation. Le traitement est efficace à ces doses et les augmenter n’apporterait rien de plus, si ce n’est le risque possible d’effets secondaires.

  • Ne pas s’exposer au soleil après une application d’huile essentielle contenant des furocoumarines (HE expressées des zestes d’agrume : citron, mandarine, orange douce, etc.). Ces huiles essentielles sont photo-sensibilisantes et augmente fortement le risque de coups de soleil et brûlures.

  • Les huiles essentielles phénolées ou riche en aldéhydes sont dermocaustiques (agressives pour la peau) et doivent être diluées dans une huile végétale dans une proportion de 85% d’huile végétale pour 15% d’huile essentielle.

  • L’utilisation des huiles essentielles en voie interne requiert l’avis d’un professionnel. En cas d’ingestion accidentelle : ingérer de l’huile végétale et contacter un centre anti-poison.

  • Les huiles essentielles ne sont pas solubles dans l’eau. Pour un bain aromatique, utiliser un dispersant naturel adéquat en quantité 4 fois supérieur à la quantité d’huile essentielle. Ne pas dépasser 10 gouttes d’huile essentielle par 100 litres d’eau.

Vidéo: Comment utiliser les huiles essentielles de Pranarôm ?

Hypersensibilité ou allergique aux huiles essentielles ?

Pour les personnes allergiques et à la peau ultra-sensible, il est conseillé de réaliser préalablement à l’emploi de ces synergies, un test de tolérance en appliquant quelques gouttes dans le pli du coude, puis patientez pendant 10 minutes. En cas d’intolérance, une réaction cutanée sera visible en une dizaine de minutes, et le traitement sera alors écarté (appliquez quelques gouttes d’huile végétale de souci (Calendula) 3 à 4 fois par jour pendant 2 à 3 jours). 

L'huile essentielle de Menthe poivrée : danger ?

L'huile essentielle de menthe poivrée ne s'applique jamais sur une surface étendue en raison de la réaction glacée qu'elle provoque. Cette même huile essentielle est strictement contre-indiquée pour les femmes enceintes et allaitantes ainsi que pour les nourrissons de moins de 30 mois. 

Quels sont les effets secondaires des huiles essentielles Pranarôm? 

Les principaux effets secondaires des huiles essentielles

L'aromathérapie n'est pas une médecine douce. Elle fait usage d'extraits super-concentrés qui peuvent occasionner une série d'effets secondaires, s’ils ne sont pas utilisés à bon escient, par des personnes capables d'en maîtriser les propriétés et les toxicités. Globalement on peut être confronté aux mêmes effets secondaires que ceux rencontrés à la suite de l'application de produits pharmaceutiques de synthèse : nausées, vomissement, diarrhée ou constipation, relents gastriques, ulcères gastriques. 

Il faut savoir également que l'ingestion de fortes doses (supérieures à 500 mg / jour) de composés aromatiques phénolés sur une longue période (supérieure à 20 jours) peut créer un engorgement et une surcharge hépatique. Dès lors le thérapeute averti sait que les phénols aromatiques se prennent soit à haute dose durant maximum 7 jours ou à faible dose (moins de 200 mg / jour) durant maximum 20 jours, suivis d'une fenêtre thérapeutique d'une semaine entre les cures. Nous avons en outre déjà évoqué les propriétés neurotoxiques et abortives des huiles essentielles riches en cétones terpéniques (hysope, thuja, sauge, ..). Ces huiles essentielles sont particulièrement délicates à utiliser. 

Il faut également évoquer les dangers de photosensibilisation consécutifs à l'application cutanée - voire selon certains, l'ingestion - d'essences aromatiques et d'huiles essentielles contenant des furocoumarines juste avant ou pendant une exposition au soleil. Ceci pourrait engendrer chez certains des réactions érythémateuses et même favoriser la carcinogenèse. Ce sont surtout les essences de zestes de Citrus (mandarine, citron, pamplemousse, orange douce, ...) qui sont à l'origine de ce type de photosensibilisation. 

Certaines huiles essentielles sont dermocaustiques et ne peuvent s'appliquer sur la peau qu'à haute dilution (10, 5, 2%, voire moins !), sous peine d'occasionner des lésions parfois importantes (brûlures, ...). Certaines personnes développent des allergies aux huiles essentielles (eczéma, oedèmes cutanés, ....) et se voient donc contraintes à ne plus envisager de profiter des nombreux bienfaits des huiles essentielles suite à leur hypersensibilité. 

Enfin, sachez qu'il est formellement interdit d'appliquer des huiles essentielles, même diluées, dans le conduit auditif, dans les yeux et dans les narines, et ce quel que soit l'âge ou le sexe. 

Peut-on ingérer des huiles essentielles par voie interne ?

On ne peut répondre à cette importante question de manière catégorique « oui » ou « non ». La réponse la plus adaptée est certainement : « oui, certainement, mais avec beaucoup de prudence et de discernement ».
« Oui, certainement » car beaucoup d'huiles essentielles vont donner leur pleine mesure une fois ingérées. Prenons l'exemple de l'huile essentielle d'origan à inflorescences compactes (Origanum compactum) : cette huile riche en phénols est l'archétype de l'extrait aromatique anti-infectieux à très large spectre, mais ses principes actifs sont dermocaustiques et en limitent fortement l'application sur la peau. Dès lors l'huile essentielle d'Origanum compactum va bien mieux exercer son pouvoir antimicrobien une fois ingéré. 

Toutefois, la prudence est de rigueur quant aux doses ingérées et à la manière avec laquelle cette huile essentielle est administrée par voie orale. Les plus convaincus vont déposer deux à trois gouttes d'huile essentielle d'origan compact sur un quart de morceau de sucre et laisser fondre lentement sur la langue. Rapidement un picotement plus ou moins aigu va se manifester dans la cavité buccale et dans la gorge, signature olfactive et physiologique des phénols présents dans cette huile essentielle. Dans les minutes qui suivent il n'en paraîtra plus rien mais « il faut pouvoir le supporter". 

Cependant, il existe bien d'autres manières moins directes d'administrer des huiles essentielles par voie orale : on peut les diluer dans des huiles végétales (vierges ou BIO de préférence), dans du miel, du sirop d'érable, on peut les faire adsorber sur des comprimés de charbon de bois ou de lactose, et enfin, on peut privilégier l'ingestion de capsules aromatiques contenant des huiles essentielles uniques ou en mélange, sous forme prédosée, standardisée, et offrant toutes les garanties d'efficacité et de sécurité d'emploi. 

A noter que les huiles essentielles les plus courantes sont disponibles chez Pranarôm sous forme perles pré-dosées : 1 perle = 1 goutte. Voir par exemple : perle de Ravintsara.

Quelles sont les huiles essentielles à utiliser par voie interne ?

Les huiles essentielles sont composées de molécules appartenant à des groupes biochimiques différents (on peut citer les phénols, les monoterpènes, les esters terpéniques, les sesquiterpènes, etc, ....). Ces groupes de molécules possèdent des profils toxicologiques particuliers et leur présence relative dans les huiles essentielles détermine le profil toxicologique de ces dernières.
En se basant sur ces informations il est possible d'édicter quelques principes de base qu'il est bon de respecter systématiquement : 

  • N'administrer des huiles essentielles contenant des cétones que suite à une prescription d'un thérapeute expérimenté. Les cétones (comme la thujone de la sauge, la fenchone de la lavande stoechade ou la pinocamphone de l'hysope) sont neurotoxiques et abortives et ces effets négatifs sont exacerbés par leur prise orale.

  • Envisager la prise orale d'huiles essentielles à phénols (thym, origan, sarriette, ...) ou à aldéhydes aromatiques (cannelles) avec grande prudence. Privilégier une dilution importante dans des vecteurs spécifiques (miel, huile végétalecapsules mollescomprimés support...).

  • Ne jamais excéder 4 ou 5 gouttes d'huiles essentielles pures par ingestion, et privilégier leur inclusion dans un support approprié (voir ci-dessus). 

Pour terminer, voici une liste non exhaustive d'huiles essentielles particulièrement utiles lorsqu'elles sont ingérées par voie orale et qui sont d'une bonne tolérance orale et gastrique : Thym à thujanol, Tea tree, Eucalyptus radiata, Ravintsara, Menthe poivrée (1 à 2 gouttes maximum !), Citron, Mandarine, Basilic, Thym à linalol, Laurier noble et clou de girofle (1 goutte localement pour les problèmes de bouche). 

Pour bénéficier de la puissance de l’ingestion en toute sécurité, Pranarôm a développé la gamme OLEOCAPS+, qui permet de prendre la juste dose de chaque huile en limitant au maximum les effets secondaires. 

A partir de quel âge peut-on utiliser les huiles essentielles ?    

De nouveau une question face à laquelle la réponse laconique « Ça dépend » peut-être de mise ! Car cela dépend en effet du type d'huile essentielle, du vecteur dans lequel elle est incluse et de sa concentration finale dans le produit. 

Quelles huiles essentielles peut-on utiliser pour les bébés et les jeunes enfants ?

Soyons toutefois un peu plus clairs ! Déjà chez le nourrisson (à partir de l'âge de 1 à 2 mois) on peut appliquer des huiles de massage enrichies par des huiles essentielles calmantes, digestives ou expectorantes et balsamiques. Dans ce cas la concentration finale en huiles essentielles ne dépasse pas 1 à 2%. Il est tout aussi envisageable d'enrichir une crème pour les fesses avec des huiles essentielles ou de formuler des huiles de bains aromatiques aux vertus reposantes pour le bain de nos bébés. Toutefois, à moins de maîtriser parfaitement les huiles essentielles qu'on utilise, nous pensons qu'il est souhaitable de se tourner vers l'achat de produits finis de haute qualité (donc un peu plus onéreux !) spécialement développés pour les bébés. 

Vous trouverez ces produits dans la gamme Pranabb

A partir de 9 à 10 mois, on peut graduellement augmenter le panel d'huiles essentielles à appliquer sur l'enfant (toujours en massage ou en diffusion). La concentration finale en huiles essentielles peut alors évoluer au besoin vers 5 à 6%. 

Et pour les enfants à partir de 3 ans ?

A partir de 3 ans on peut envisager avec grande parcimonie le mélange d'une ou deux gouttes de quelques rares huiles essentielles (ravintsara, eucalyptus radié, bois de rose, bois de ho) dans un support destiné à être ingéré.
Dès 6 ans enfin, il est possible d'initier des soins aromatiques par voie orale, à doses faibles mais efficaces. Le mieux est de privilégier l'ingestion de 1 à 3 capsules aromatiques molles par jour. Ces capsules sont prédosées et standardisées, n'ont pas d'odeur et peu de goût et ont l'avantage de contenir des synergies d'huiles essentielles bien étudiées pour leurs effets positifs et leur tolérance gastrique. 

Femmes enceintes et huiles essentielles : indications et contre-indications de Pranarôm

En général Pranarôm adopte une position claire vis-à-vis de l'utilisation d'huiles essentielles durant la grossesse : le laboratoire préconise de ne pas recourir à l'utilisation d'huiles essentielles durant les trois premiers mois de la grossesse.
Ensuite, il considère qu'il est souhaitable d'en limiter le plus possible l'usage à des soins pointus, de courte durée, et proposés par des personnes de confiance maîtrisant parfaitement les profils des huiles essentielles utilisées (thérapeutes, pharmaciens aromatologues...). Ce point de vue est guidé par un simple principe de précaution suite au manque d'informations fiables sur le sujet. 

Très peu de travaux scientifiques ont été consacrés à l'étude des risques abortifs des molécules aromatiques. Seuls les cétones terpéniques et les molécules aromatiques ostrogène-like (comme l'anethole présent dans les huiles essentielles d'anis, de badiane ou de fenouil) sont clairement interdites durant la grossesse.

Voir notre sélection : Les produits pour grossesse et maternité 

Voir aussi : L'huile essentielle de Rose de Damas Pranarôm, l'huile essentielle de Mélisse, l'huile essentielle d'Immortelle